Addictions : Se libérer de l’alcool

La consommation d’alcool est facilitée par des facteurs psychologiques, sociaux et cognitifs, entretenant la consommation. Généralement, les sujets à risques sont des personnes présentant des troubles anxieux, qui ont des difficultés à gérer le stress, des personnes ayant des difficultés de communication avec les autres ou des personnes présentant souvent des états dépressifs.

Des traits de personnalité se retrouvent avec fréquence. Il s’agit majoritairement de sujets présentant un manque de confiance en soi et qui se sentent inefficaces et faibles. Ils s’adonnent alors à l’alcool et attendent de ses effets des comportements positifs envers la société.
 

Le DSM-IV (le Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux) présente l’addiction comme un mode d’utilisation inapproprié d’un produit entraînant des signes physiques et psychiques. Elle se manifeste par l’apparition d’au moins trois des signes ci-après sur une période d’un an.

– une tolérance (ou accoutumance) qui se traduit soit par une augmentation des doses pour un effet similaire, soit par un effet nettement diminué si les doses sont maintenues à leur état initial.
– un syndrome de sevrage en cas d’arrêt ou une prise du produit pour éviter un syndrome de sevrage.
– une incapacité à gérer sa propre consommation, l’usager consomme plus longtemps ou plus qu’il ne le voulait.
– des efforts infructueux pour contrôler la consommation.
– un temps de plus en plus important est consacré à la recherche du produit.
– les activités sociales, culturelles ou de loisir sont abandonnées en raison de l’importance que prend le produit dans la vie quotidienne.
– une poursuite de la consommation malgré la conscience des problèmes qu’elle engendre.

Un accompagnement sur le moyen – long terme est proposé conjointement avec le suivi nécessaire de séances de groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *