Troubles Compulsifs Alimentaires

avril 12, 2015 dans Addictions et troubles alimentaires

Nous en retiendrons ici trois sans entrer dans les détails physiopathologiques de la maladie : l’anorexie mentale, la boulimie et l’hyperphagie

L’anorexie mentale
L’anorexie mentale est liée à la peur de grossir ou de regrossir. Elle est soutenue par un besoin addictif de restreindre son alimentation.
L’anorexie mentale n’est pas une perte d’appétit.

La boulimie
La boulimie est la répétition de crises faites de l’ingestion massive d’une quantité importante d’aliments, sans faim, ni rassasiement, ni plaisir.
A chaque crise, il y a un sentiment très fort de perte de contrôle et le besoin impérieux de se débarrasser de cet excès alimentaire :
la personne provoque un ou des vomissements.
Elle a le plus souvent une pensée anorexique très importante : sa peur de grossir la fait s’engager dans des comportements compensateurs :
des vomissements, des jeûnes de plusieurs jours, des sauts de repas…
La crise de boulimie est toujours associée à un très fort sentiment de perte de contrôle et à l’idée de se débarrasser de cette crise.
Dans la boulimie, la pensée anorexique (ne pas grossir) est très puissante.

L’hyperphagie
Elle désigne l’ingestion de trop grandes quantités d’aliments. Elle se manifeste par une envie irrésistible de manger sans réelle sensation de faim.
Les quantités de nourriture consommées sont importantes et englouties sans mastication. La nourriture est absorbée en continu.
La boulimie survient par crises d’hyperphagie suivies par un mal-être profond, un mélange de honte, de culpabilité et d’écoeurement de soi.
Contrairement à la boulimie, l’hyperphagie n’est pas suivie de vomissement, le poids n’est donc pas sous contrôle.

L’hyperphagie touche autant les femmes que les hommes.
Elle a une cause psychologique. Il peut s’agir de compensation et de consolation suite à un sentiment de solitude ou un manque de confiance en soi.

Le traitement employé ici consiste à reconnecter nos trois intelligences ou au moins deux d’entre elles : celle du corps et celle de la tête.
(Cf. Nos trois intelligences…)